L'art vache

 

IL ÉTAIT UNE FOIS L’ART VACHE...

En l’an 2000, Le Grand-Bornand, c’est 2000 habitants, 2000 vaches, des alpages à près de 2000 mètres d’altitude. Alors naturellement, Le Grand-Bornand est devenu LA CAPITALE DE L’ART VACHE !
Imaginez un peu : un village entier qui célèbre la vache : sculptures, peintures, photos, bandes dessinées... un troupeau artistique pour le moins inattendu !
Au gré d’une balade sans début ni fin, retrouvez les oeuvres présentes dans le village ainsi qu’au Chinaillon. Alors, laissez-vous guider !

 
"Les Yeux dans les Meuhs", fresque murale réalisée par l'artiste Piero en 2002.
"Margaret, la Reine de Fer", sculpture en métal, réalisée par l'Association GASPAR, en 2000.
"Histoire de l'Art Vache", fresque murale réalisée par le collectif Melting Paint en 2007.
"Les Arts à Vaches", fresque murale réalisée par l'artiste Pierre Amoudry en 2001.
"Le Ruminhom", fresque murale à la bombe, réalisée par l'artiste Pierre Amoudry, en 2002.
"Vache caribou", sculpture en métal, réalisée par l'artiste Karlito en 2014.
"La Vache aux Yeux Bleus", sculpture galets et ciment, réalisée par l'artiste Rémix en 2002.
Fresque murale participative réalisée par le collectif Melting Paint et 30 peintres amateurs, randonneurs d'un jour, dans le cadre de l'événement "Dimanche PASS montagne", le 26 juillet 2020.
"La Cordée de Paire en Fils", fresque murale réalisée par le collectif Melting Paint en 2014.
Ces deux sculptures en métal ont été réalisées par Guili-Guili à 22 ans d'écart, la première pour l'exposition "Ils voient des vaches partout" en 2000 et la seconde pour l'exposition "Ils voient des vaches partout, le retour" en 2022.
Cette sculpture en bois flotté a été réalisée par l'artiste Tiene Vanly et le Théâtre de la Toupine à l'occasion des 30 ans du Festival Au Bonheur des Mômes.
"La Vache en bois flotté", sculpture en bois flotté réalisée par l'artiste Pascal Abbet en 2007.
"Vache Cartoon", sculpture en métal réalisée par l'artiste E. Guili Guili en 2001.
Sculpture sur bois réalisée en une semaine à l'occasion de l'édition 2018 du festival Au Bonheur des Mômes, par l'artiste valdôtain Siro Viérin