Chapelle du Chinaillon

  • La chapelle du Chinaillon
  • Le tableau lateral
  • Le tableau central
  • L’autel de la chapelle
  • Le confessionnal
  • Entrez et découvrez l’interieur
  • Le clocher
  • La chapelle début du XXI ème siècle
  • La chapelle fin du XXème siècle
  • La chapelle du Chinaillon 2
La chapelle du ChinaillonLe tableau lateralLe tableau centralL’autel de la chapelleLe confessionnalEntrez et découvrez l’interieurLe clocherLa chapelle début du XXI ème siècleLa chapelle fin du XXème siècleLa chapelle du Chinaillon 2
Coordonnées
Vieux village du Chinaillon
Le Grand-Bornand Chinaillon
74450
Le Grand-Bornand
E-mail / Message
Tél : 04 50 02 79 18
FICHE_INFO_SIMPLE_ECRIRE_MESSAGE
Fermer
Ma demande
Mes Coordonnées



Selon la Loi n° 78-17 du 06 janvier 1978 de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL), relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (article 36), le titulaire du droit d'accès peut exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations le concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation, la communication ou la conservation est interdite. Pour exercer ce droit, merci de le préciser dans le formulaire ci-dessus.
Fondée en 1677, la chapelle est nichée au cœur du hameau du vieux Chinaillon. Malgré la rénovation principale en 1977, elle conserve un cachet ancien et recèle plusieurs objets qui témoignent du temps passé : du style baroque jusqu’à l’art contemporain.
La chapelle du Chinaillon est placée sous le vocable de Notre-Dame-du-Puy, afin de protéger les habitants du hameau contre l’incendie. Sur la façade, le portail est entouré de deux petites ouvertures anciennes et surmonté d’une petite niche, qui protège une Vierge à l’Enfant. Depuis 1977, la chapelle est placée sous le vocable de Notre-Dame des Neiges.

A l'origine, la chapelle était recouverte d'un enduit. C’est lors de l’importante rénovation réalisée en 1977 à l’initiative du frère capucin Barthélémy, que les murs ont été laissés avec des pierres apparentes. La dernière restauration intérieure de 2009 a permis de retrouver les couleurs douces d'antan, selon la volonté des gens du hameau.

La chapelle est surmontée d’un clocheton, à base pyramidale, surmontée d’un dôme, de la flèche et enfin la croix. Le clocher abrite une cloche fondue en 1901 par les frères Paccard, dont l’atelier se situait à Annecy-le-Vieux (aujourd’hui à Sevrier). A l’intérieur, le piédestal de deux colonnettes témoigne qu’à l’origine, en 1687, la première cloche avait pour parrain Jean-François Sonnerat-Lanioz et qu’en 1901, la cloche avait pour parrain Victor Perrissin-Fabert et pour marraine Elisabeth Tochon-Danguy. Si autrefois, Alphonse Fournier a sonné la cloche de la chapelle toute sa vie, et ce depuis son retour de la Deuxième guerre mondiale, désormais, la cloche est électrifiée et sonne à 12 h et à 19 h.

A l’intérieur, à gauche en entrant, le tableau de Saint-François de Sales, Sainte-Barbe (avec le symbole de son martyre, la tour) et Saint-Just (au dessus une Vierge à l’Enfant couronnés, très probablement Notre-Dame-du-Puy, patronne de la chapelle) est daté de 1687. Ce tableau a été offert par Dominique Tochon, curé du Grand Bornand comme en témoigne la dédicace sur la partie basse du tableau. Ce tableau est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis avril 1983. Il a été restauré récemment.

Ce thème est repris par le tableau central est dédié à la Vierge à l’Enfant, assise entourée de Saint-François de Sales à gauche et Sainte-Barbe à droite. Ce tableau a été offert en 1822 par Jean Angelloz-Diron, qui pourrait être un émigré bornandin (cf don de la famille Angelloz-Nicoud à l’Eglise également au XIXe siècle).
Ce tableau est entouré de deux colonnettes torsadées avec des angelots, l’une surmontée d’une Vierge et l’autre d’une croix. Cet ensemble témoigne de la période baroque (fin XVII/XVIIIe siècle). Jusqu’en 2009, le maître autel est un bloc de granit ; il est remplacé depuis par un autel en bois contemporain, très épuré. On remarque également une statuette d’une Vierge à l’Enfant, posée sur un globe étoilé.

Les vitraux, réalisés en 1977, sont l’œuvre de Mme Mongeaud de Thonon-les-Bains. Le premier ensemble de vitraux évoque la réalité des habitants : la ruche d’abeille figure le travail laborieux de la montagne et le mouton en alpage exprime la douceur et la tranquillité. On retrouve de nombreux symboles chrétiens : les colombes pour la paix, les raisins et les épis de blé représentent le pain et le vin de l’eucharistie. Enfin, un petit vitrail est plus énigmatique : il s’agit de Saint Charles dormant au pied de son cheval.

En sortant, on remarque le chemin de croix de la fin du XIXe siècle, mais aussi le très beau confessionnal, ainsi que le bénitier daté de 1769, situés tous deux juste derrière la porte d’entrée.
Toute l'année
Descriptif
  • Patrimoine religieux :
    • Patrimoine religieux
    • Chapelle
  • Période :
    • XXe si
    • XVIIe si
Équipements & services
  • Stationnement :
    • Parking à proximité
À noter
  • A savoir :
    • Indoor (intérieur)
    • Recommandé par mauvais temps
  • Accessibilité :
    • 1 seule marche < 15 cm
    • Accessible en fauteuil roulant avec aide
    • Portes >=77 cm large
    • Possibilité de déposer quelqu'un devant le site
    • Sol régulier roulant et sans obstacle
Localisation
Destination
Chapelle du Chinaillon
Vieux village du Chinaillon
Le Grand-Bornand Chinaillon
74450
Le Grand-Bornand
Coordonnées GPS
Latitude : 45.971581
Longitude : 6.4478
Hameau du Vieux village du Chinaillon au Grand-Bornand Chinaillon.
Tarifs
Gratuit
À voir également
L’église du Grand Bornand a été consacrée en 1877 après 60 ans d’importants travaux à charge de la communauté. Elle témoigne du style néo-gothique typique du milieu du XIXe siècle, où l’on redécouvre l’architecture de l’âge d’or de l’Eglise catholique.
Maison traditionnelle du Grand-Bornand de 1830, restaurée et meublée. Elle permet de découvrir la vie quotidienne d’autrefois et l’architecture en bois spécifique à la région Bornes-Aravis. Musée protégé au titre des Monuments Historiques depuis 2007.
Au cœur de la vallée du Bouchet, la chapelle du même nom fondée en 1704 à la suite d’une inondation, conserve un beau retable du XVIIIe siècle.
Fondé en 1888, ce chemin de croix dessert la chapelle et l’oratoire Saint-Bruno, qui abrite une source miraculeuse.Il témoigne d’un pèlerinage ancien, commémorant le passage légendaire du Bienheureux Jean d’Espagne, fondateur de la chartreuse du Reposoir.
L’ancien cimetière s’est longtemps trouvé autour de l’église. Avec le développement touristique du village au milieu du XXe siècle, le cimetière est transféré pour permettre l’aménagement d’une nouvelle place publique au coeur du village.
La croix du Clos du Pin, en pierre, est la plus ancienne croix du Grand Bornand (datée de 1500), et à ce titre, elle est classée au titre des Monuments historiques depuis 1944.
La mairie est un bâtiment en pierre, typique du début du XXe siècle. Elle regroupe les services municipaux et la salle de réunion du conseil municipal.
La grenette, ancienne halle aux grains, matérialise à la fois le cœur de l’ancienne place publique servant de marché hebdomadaire, mais aussi le lieu de rencontres des Bornandins lors de concerts de la fanfare, de bals et autres manifestations populaires.
La pierre marquée délimite, au pied de la combe de Tardevant, les communes de Grand Bornand et de la Clusaz. Cette pierre d’environ un mètre de long est datée de 1755 ; elle marque la fin d’un conflit de près de 300 ans.
La chapelle de la Duche est la plus ancienne du Grand Bornand. Fondée à la fin du XVIIe siècle, elle est reconstruite à la fin du XIXe siècle. Elle est dédiée notamment à plusieurs saints agraires : sainte Anne, saint Grat et saint Guérin.
La chapelle des Plans, fondée en 1702, à la suite d’une inondation du Borne, est située au cœur du hameau des Plans, et offre un beau point de vue sur la chaîne des Aravis.
Dominant le village du Grand Bornand et offrant un magnifique panorama sur la chaîne des Aravis, la chapelle du Nant Robert, fondée en 1762 et restaurée à plusieurs reprises au cours du XXe siècle, mérite largement le détour.
Au fond de la vallée du Bouchet, au-dessus du hameau de Lormay, au lieu-dit le Saix (ou Cey) se cache une pierre, témoignage de la Révolution française : les prêtres qui refusèrent de prêter serment à la Constitution y ont été cachés par la population.
Le col de la Colombière aura été franchi 20 fois par le Tour de France depuis 1960. Son versant sud depuis la station du Grand-Bornand est nettement moins redoutable que le versant nord depuis Scionzier. Pente: 6,5%
Ce circuit, qui est le plus long des parcours proposés si vous choisissez le départ d’Annecy, passe près de l’ancienne chartreuse du Reposoir et par le col de la Colombière.
Au fil de vos balades, rendez-vous sur votre mobile pour découvrir de façon interactive toutes les richesses du Grand-Bornand.
Le col de la Colombière par le côté du Grand-Bornand est nettement moins redoutable que le versant nord. Cependant, après le Chinaillon, attendez-vous à trouver éprouvants les quatre derniers kilomètres qui sont fort soutenus.